Accueil
Présentation
Qui sommes-nous
But de l'association
Adhésion
Contact
Mentions légales

AFICS : Association de Femmes pour l'Information après Cancer du Sein

Avertissement Ce qu'il faut savoir Ce qu'il ne faut pas faire

But de l'association

Le but de l’association est d’obtenir la transparence sur les traitements hormonaux anti-estrogéniques prescrits après cancer du sein, et d’aider les femmes,

A court terme, en améliorant :

- LA COMPRENHENSION :

Aider les femmes à comprendre leur maladie, et la nécessité des traitements hormonaux anti-estrogéniques qui leur sont prescrits.

- L’INFORMATION :

Informer les femmes des différentes possibilités de traitement hormonal afin qu’elles soient convaincues de son utilité, qu’elles acceptent de prendre un traitement plutôt qu’un autre selon le bénéfice qu’elles peuvent en attendre et les effets indésirables qu’elles sont prêtes à accepter ou pas.

- L’OBSERVANCE

L’observance de ces traitements est mauvaise (plus de 60% des femmes l’ont arrêté à 5 ans). L’observance est indissociable d’une meilleure information.

- LA RECONNAISSANCE DE L’ENSEMBLE DES EFFETS INDESIRABLES :

Les effets indésirables des IA sont minimisés ou même, pour certains, niés. Ils sont très éloignés de la maladie qui a justifié leur prescription, si bien que, seules, les patientes ne peuvent pas faire le rapprochement, cependant elles les suspectent. De nombreux spécialistes sont concernés mais l’absence de collaboration fait que l’information circule très mal. Ces effets étaient prévisibles et même attendus parce que le mode d’action des médicaments les laissait prévoir. Il est indispensable que tous ces effets soient enfin reconnus

A plus long terme :

Le but de l’association, à plus long terme, est beaucoup plus ambitieux, mais nécessite un changement d’état d’esprit des médecins ce qui prendra du temps : c’est d’obtenir que les patientes puissent participer au choix de leur traitement, en connaissance de cause et en collaboration avec les médecins. La plupart des médecins y sont hostiles, mais cette évolution est inévitable : à quoi sert il d’être informée si on doit subir un traitement sans pouvoir donner son avis ?

Aujourd’hui, il n’y a pas d’information sur les traitements hormonaux adjuvants pourtant cette information est une obligation légale. De plus, le 3ème plan cancer (2014-2019) prévoit exactement ce que préconise l’association.

Retour à l'accueil